Amoureux à la Cité... le récit de Géa

Feb 14, 2020

Cité universitaire : Septembre 2006

 

J’ai eu la chance de loger à la Maison d’Italie en 2006 ; un soir, une amie à moi, Benedetta, m’a invité à une fête organisée à la Maison du Brésil.

 

Pour moi, ç’était une chance parce que j’avais pris des cours de Forro et du portugais brésilien à la Cité. A cette soirée-là, il y avait beaucoup des Brésiliens, peuple qui m’a toujours attiré par sa bonne humeur et sa sympathie.

 

Un jeune, José, me demande si je suis brésilienne, moi je lui dis que non ! Il m’invite à danser et il insiste pour qu’on puisse se revoir. J’accepte de le revoir, il a l’air très gentil, souriant et je sens quelque chose de bien spécial en lui.

 

Les premières semaines il m’invitait à plein de concerts ou activités organisées par la Cité U, elles étaient gratuites. José attendait sa bourse de Rio de Janeiro pour son doctorat, qui a beaucoup tardé à arriver… mais pour lui, personne très créative, cela n’était pas un souci !

 

J’ai pu l’aider à trouver toutes les astuces pour ne pas trop dépenser d’argent. Son histoire m’a beaucoup touché : il a grandi avec sa famille à côté d’une favela à Campinas et a dû travailler très jeune pour aider sa famille, mais ça ne l’a pas empêché de faire des études et devenir acteur et réalisateur de théâtre !

 

D’une humanité rare, d’une bienveillance que je n’oublierai jamais, une capacité unique à trouver le bon côté des choses, je pense ne l’avoir jamais entendu se plaindre une seule fois.

Il me chantait «Esperando na janela » de Gilberto Gil, en bas de ma fenêtre a la Maison d’Italie !

 

J’ai vécu une histoire d’amour inoubliable, je pense que ce lien avec lui restera à vie. On est resté ensemble 2 ans après notre retour dans nos pays respectifs, puis la distance et une offre de travail exceptionnelle qu’il a eue pour aller travailler comme Prof Universitaire à Joan Pessoa a  fait qu’on s’est séparés malgré notre Amour si intense !

 

On est restés bien évidemment en contact et c’est lui qui m’a parlé de ce concours, « Amoureux à la Cité ».

 

Il y a 3 ans, José a eu un terrible accident. Renversé par un bus à Campinas, il a été dans le coma pendant un mois ; j’étais bouleversée, en contact avec sa sœur pour lui demander de me le passer au téléphone pour pouvoir lui parler en italien…

 

Il s’est petit à petit remis et, deux ans plus tard, il est retourné travailler. J’ai eu la chance de le revoir à Paris après l’accident, toujours avec le même enthousiasme pour la vie, en remercient Dieu d’avoir pu me rencontrer à nouveau…

 

Ce fût une bénédiction, cette rencontre et cette belle histoire.

 

Merci à la Cité Universitaire, cadre protégé et privilégié qui a permis de faire rencontrer deux cœurs que dans une certaine façon s’aimerons pour toujours.


Other news